Qu’est-ce qu’un cheveu ?

Le cheveu est une fibre constituée d’une protéine de kératine. Cette fibre se forme au niveau d’une racine du cuir chevelu appelée follicule pilo-sébacé. Le cheveu est aussi composé de mélanine, un pigment assurant la coloration des cheveux, ainsi que de lipides issus des glandes sébacées, dont le rôle est d’assurer la protection du cheveu.

Quelles sont les composantes d’un cheveu ?

La composition d’un cheveu est tripartite :

●      La cuticule est la couche externe du cheveu. Elle est constituée d’écailles formées à partir de fines plaquettes de kératine, étroitement agencées, de façon à bénéficier d’une protection hermétique globale ;

●      Le cortex est, lui aussi, composé de kératine, ce qui lui confère cette souplesse type, ainsi que de mélanine, garante de la coloration de nos cheveux.

●    La médullaire, située au centre de la fibre capillaire, est un petit canal qui peut être absent chez les cheveux particulièrement fins.

La pousse du cheveu – le cycle pilaire

Le cheveu émerge à partir de la racine. Sa croissance est cyclique. On distingue ainsi trois phases constitutives du cycle pilaire :

●      La phase anagène représente la phase de croissance du cheveu. À ce stade, les cellules du bulbe se multiplient rapidement, stimulant ainsi la pousse du cheveu. On note tout de même que la croissance des follicules pileux diffère selon leur position sur le cuir chevelu : elle sera plus accentuée sur le sommet du crâne que sur les tempes.

●      La phase catagène correspond à la période où la croissance cesse. Les cellules arrivées à maturité présentent une rupture du lien entre le bulbe et la papille. Bien que cette période puisse varier, elle dure généralement environ 3 semaines.

●      La phase télogène est la phase de chute du cheveu. Il tombe en 2 à 4 mois afin d’accueillir un nouveau cheveu en période de croissance.

Ces étapes ne sont pas synchronisées entre les follicules, chaque cheveu suit son propre cycle de façon bien définie.

La pousse du cheveu –  les différents acteurs

La génétique est une composante clé de notre compréhension du fonctionnement du cycle du cheveu. Elle va par exemple définir la quantité de cycles dont un follicule peut bénéficier. En moyenne, chaque follicule peut effectuer une vingtaine de cycles avant d’arriver à épuisement.

Le facteur hormonal n’est guère à négliger. La croissance du follicule pileux est favorisée par les hormones thyroïdiennes et les oestrogènes. Cette même croissance sera ralentie par les hormones mâles (androgènes) qui favorisent la réduction du follicule et donc la chute du cheveu.

L’âge est aussi à prendre en compte dans cette équation. Entre 3 et 11 ans, plus de 80% de nos cheveux sont en phase de croissance. A contrario, on note qu’à partir de la cinquantaine, le nombre de cheveux en phase télogène fait état d’une nette augmentation.

2 réponses

  1. Est ce que la calvitie causée par le stress peut affecter seulement le sommet du crâne (localisé) de la même façon que la calvitie androgénétique ?

    1. Bonjour Joseph,
      En effet le stress peut affecter vos cheveux de la même façon que l’alopécie androgénétique : à l’avant, sur le sommet et dans la zone de la tonsure arrière. La couronne hippocratique (côtés et arrière) reste épargnée car les cheveux sont plus résistants et différents génétiquement.
      Il convient de faire un diagnostic afin de déterminer de façon précise les raisons de la chute et ainsi définir le meilleur traitement.
      N’hésitez pas à prendre rendez-vous à la Maison Trocadéro, la consultation de diagnostic est offerte.

Posez nous votre question

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *